Blog

Les compagnies aériennes frappées par les cyberattaques

Les compagnies aériennes frappées par les cyberattaques

Les douze derniers mois ont été terribles pour les compagnies aériennes du monde entier. La pandémie du Covid-19 a cloué les avions au sol et provoqué un impact économique considérable. Selon une étude de KPMG, les pertes mondiales du secteur aérien devraient atteindre plus de 252 milliards de dollars en 2020.

Cependant, les cybercriminels ont décidé de frapper les compagnies aériennes même pendant qu’elles sont à terre, avec des fraudes et des cyberattaques qui continuent de sévir dans le secteur de l’aviation.

Parmi ces attaques, citons la violation de données « sophistiquée » de la part de SITA Passenger Service System Inc. en février 2021, entraînant le vol de données personnelles de passagers et affectant plusieurs compagnies aériennes.

Indépendamment de cette violation, SITA a déclaré précédemment que seuls environ 35 % des compagnies aériennes et 30 % des aéroports sont correctement préparés aux cyberattaques.

Les types de cyberattaques visant le secteur de l’aviation sont variés et comprennent les attaques de ransomwares, les attaques par déni de service distribué (DDoS) sur les sites web et les menaces persistantes avancées (APT). Une récente attaque du groupe APT LazyScripter démontre la sophistication et les méthodes très ciblées que les cybercriminels utilisent contre les compagnies aériennes.

Une menace persistante avancée (APT) pour les compagnies aériennes

L’attaque APT de LazyScripter contre l’industrie aéronautique montre à quel point les attaques sont devenues insidieuses et complexes.

LazyScripter est un groupe de pirates informatiques qui a été récemment identifié bien qu’il soit probablement actif depuis 2018. Le groupe a récemment été détecté par Malwarebytes, utilisant un cheval de Troie d’accès à distance ou RAT pour cibler spécifiquement les demandeurs d’emploi des compagnies aériennes.

Les cibles comprennent l’Association internationale du transport aérien (IATA) et diverses compagnies aériennes. Le lien commun entre ces différentes menaces semble être l’utilisation d’un logiciel appelé « BSPLink », utilisé par l’IATA comme application de facturation et de règlement.

Le RAT a été découvert par les chercheurs de Malwarebytes, qui ont identifié des tactiques et des mises à jour de boîtes à outils à distance permettant d’échapper à la détection. Par exemple, les pirates ont récemment modifié la façon dont ils trompent les utilisateurs en imitant une nouvelle fonctionnalité de la pile logicielle de l’IATA, connue sous le nom de « IATA ONE ID ». Il s’agit d’un outil de traitement des passagers sans contact.

Les chercheurs ont remarqué que certaines tactiques étaient utilisées pour déployer le RAT

Des emails de phishing ont été utilisés pour diffuser des téléchargeurs de malwares sous la forme de fichiers batch, de VBScript et de fichiers de registre, cachés dans des zips ou des documents. Ce type de mécanisme de diffusion est appelé « maldocs » ou « documents Office malveillants », c’est-à-dire les fichiers malveillants qui se font passer pour des icônes PDF, Word ou Excel.

Les emails de phishing utilisaient des thèmes liés à l’IATA ou à l’emploi pour faire croire aux utilisateurs que les messages étaient légitimes. Ils avaient également des thèmes associés aux mises à jour de Microsoft et au Covid-19.

Des documents ou des fichiers zip en pièces jointes des emails étaient utilisés comme vecteur d’infection initial. Ce sont ces fichiers qui contenaient le téléchargeur du malware.

Certains emails de spam contenaient un lien raccourci. En cliquant sur le lien, l’utilisateur était redirigé vers un téléchargeur de malware nommé « KOCTOPUS ». Ou bien, un document contenait une version intégrée de KOCTOPUS.

On peut par exemple citer l’utilisation du fichier téléchargeur de script PowerShell qui était utilisé pour exposer les ports locaux du système victime sur Internet. Au total, sept exécutables ont été trouvés associés à KOCTOPUS. Les signaux émis par ces fichiers indiquaient que des mises à jour à distance avaient été effectuées.

GitHub a été utilisé par LazyScripter pour héberger ses boîtes à outils, qui comprenaient des boîtes à outils de sécurité open source, mais les comptes ont été supprimés par la suite.

Comment prévenir une cyberattaque ciblée ?

Il est important de retenir de l’exemple de LazyScripter que les cybercriminels réfléchissent soigneusement à la manière dont ils mènent une attaque. Ces groupes de pirates sont des criminels dévoués, déterminés à semer le chaos et la destruction, et leur objectif est souvent financier : voler des données pour les revendre ou pour commettre une fraude financière.

Il n’existe pas d’approche unique pour faire face aux cybermenaces qui visent des secteurs spécifiques. Les pirates à l’origine des attaques prennent le temps de comprendre leurs cibles pour trouver les meilleurs moyens pour faire en sorte que leurs scénarios d’attaques réussissent.

Le gang derrière l’attaque contre LazyScripter a utilisé des logiciels reconnus comme légitimes et des emails de marque pour faire croire aux utilisateurs qu’ils étaient en sécurité. La détection et la prévention de ces types de cybermenaces très ciblées nécessitent une position proactive en matière de sécurité et des outils adaptés.

Outre la protection des données des clients, il est essentiel de veiller à ce que le personnel soit sensibilisé à la cybersécurité. Cependant, même les employés les plus conscients peuvent encore être dupés en cliquant sur un lien lorsque des tactiques astucieuses telles que les maldocs sont utilisées.

Les emails de phishing — en particulier les emails de spear-phishing — sont très difficiles à repérer, même pour les employés les plus avertis en matière de sécurité. Une prévention robuste contre le phishing et les liens vers des sites malveillants est nécessaire pour servir de « premier filet de capture ». Ces outils empêchent les emails malveillants d’entrer dans la boîte de réception d’un employé et — s’ils parviennent à passer – empêchent l’employé d’accéder à un site web dangereux.

Protection contre les sites web malveillants

Les outils de filtrage de contenu intelligents empêchent les employés de consulter des sites malveillants en cliquant sur un lien dans un email de phishing, même s’il s’agit de liens habilement déguisés comme dans les emails de phishing de LazyScripter. Ces outils d’apprentissage automatique vérifient un site web pour s’assurer qu’il ne contient aucun malware et qu’il ne s’agit pas d’un site de phishing.

Protection contre le phishing

Le phishing peut être évité grâce à une solution de protection des emails. Ces outils analysent tous les emails entrants à la recherche de signaux indiquant qu’un email est un spam ou contient des pièces jointes malveillantes ou des liens dangereux.

Certains outils, comme SpamTitan, protègent les organisations contre les vulnérabilités de type « Zero-Day » grâce à des technologies intelligentes. Cette dernière capacité est importante, car les cybercriminels continuent d’utiliser les failles de type « zero-day » pour contourner vos systèmes de protection tels que les correctifs et les logiciels antimalware pour les points d’accès.

Les cybercriminels se moquent de savoir si un secteur a été gravement touché par une mauvaise économie ou une catastrophe telle que la pandémie du Covid-19. Tout ce qui les intéresse, c’est de créer des chaînes d’attaques complexes et sophistiquées qui sont difficiles à détecter et à prévenir. Heureusement, les professionnels de la sécurité cherchent constamment des solutions pour contrer les cybermenaces avec leurs propres outils sophistiqués.

TitanHQ fournit une protection contre les menaces avancées pour protéger votre organisation des attaques de phishing. Apprenez-en davantage sur la protection multicouche de TitanHQ dès aujourd’hui. Contactez-nous.

De nouvelles campagnes de ransomware visent les enseignants

De nouvelles campagnes de ransomware visent les enseignants

La pandémie a changé la façon dont le monde travaillait et apprenait. Les enseignants ont fait l’expérience unique de changer leur façon de travailler et d’enseigner à leurs élèves. Ils étaient contraints de proposer un enseignement en ligne, ce qui signifie que les étudiants communiquaient principalement par le biais d’applications VoIP (voix sur IP) et de messages électroniques.

Les escrocs se sont emparés du changement de communication dans l’enseignement et ont utilisé des attaques de phishing conçues pour ressembler à des étudiants rendant leur travail. Les emails contenaient des pièces jointes malveillantes avec des macros qui téléchargeaient un ransomware et cryptaient les fichiers des enseignants. Pour récupérer leurs données, ils avaient trois choix : payer une rançon pour obtenir la clé de déchiffrement ; les restaurer à partir d’une sauvegarde ou perdre définitivement leurs fichiers essentiels.

Les enseignants victimes de nouvelles campagnes de ransomware

Alors que tout le monde s’acclimatait aux changements de leur mode de travail à cause du confinement, les enseignants ont mis en place une communication en ligne et des sites Web pour que les élèves puissent poser des questions et rendre leurs devoirs. La dernière campagne de phishing a imité les communications entre élèves et enseignants. Le message électronique prétendait être le parent d’un élève et comportait un fichier joint contenant une macro malveillante.

Le message indiquait à l’enseignant que les messages précédents n’avaient pas permis de remettre le devoir de l’élève. Les chercheurs pensent que les attaquants ont récolté les adresses électroniques des enseignants ciblés en utilisant les listes de contacts des professeurs sur le site Web de l’école. Comme ces pages contiennent le nom de l’enseignant, l’attaquant pouvait alors adresser l’email avec le nom de l’enseignant, faisant croire que le message était légitime. Après que l’enseignant a ouvert le fichier joint, la macro a téléchargé les fichiers exécutables du ransomware.

L’un des aspects de cette attaque était que les exécutables malveillants envoyaient un message SMS à l’attaquant pour l’avertir de la présence d’une nouvelle victime. Un autre aspect unique de cette souche de ransomware est qu’elle a été écrite dans le langage de programmation Go, contrairement à de nombreuses autres souches standards. Les fichiers chiffrés par le ransomware sont répertoriés dans un fichier texte nommé « About_Your_Files.txt » et stocké sur le bureau de l’utilisateur.

Le ransomware visait les particuliers et non les entreprises. Les attaques au niveau des entreprises demandent des dizaines de milliers d’euros, ce qui oblige l’entreprise à payer la rançon ou à perdre l’accès à ses données essentielles.

Les ransomwares ciblant les enseignants demandent environ 60 euros en bitcoins, ce qui les rend abordables pour que les particuliers choisissent de payer la rançon au lieu de récupérer les sauvegardes. Les auteurs de ransomwares destinés aux entreprises demandent généralement des montants plus élevés, sachant que les entreprises disposent de plus de fonds.

Des ransomwares retardent les cours dans tous les États-Unis

Comme les écoles ne disposent pas souvent des ressources nécessaires pour stopper les attaques sophistiquées, elles sont des cibles privilégiées pour les attaques de ransomwares. Tout au long de l’année 2020, les ransomwares ont retardé les sessions de cours dans plusieurs écoles aux États-Unis. Par exemple, un ransomware a retardé le premier jour de classe d’une école de Hartford, dans le Connecticut. Le ransomware de cette attaque a visé 200 serveurs de la ville, ne permettant pas à l’école d’obtenir des listes et des informations sur les élèves.

En septembre 2020, une attaque de ransomware a touché le district scolaire du comté de Clark à Las Vegas, dans le Nevada. Les responsables de l’école ont refusé de payer la rançon et, en retour, les attaquants ont publié les numéros de sécurité sociale, les notes des élèves et d’autres données privées recueillies par leur malwares.

Cet incident décrit de nombreux scénarios lorsque les victimes refusent de payer la rançon. Dans de nombreux cas, les attaquants font chanter la victime ciblée en exposant des données privées, ce qui peut être tout aussi dommageable, voire plus que la perte des données elles-mêmes.

Comment les écoles peuvent-elles se défendre contre les ransomwares ?

Outre les contrôles de cybersécurité qui bloquent les malwares traditionnels, le blocage des ransomwares nécessite l’éducation des utilisateurs finaux, des filtres de messagerie et des sauvegardes. Les sauvegardes constituent la première défense réactive contre les ransomwares. Si un malware parvient à chiffrer des fichiers, les sauvegardes permettent aux écoles et autres organisations de restaurer les données sans payer la rançon.

Les sauvegardes doivent être stockées hors site afin que les ransomwares ne puissent pas y accéder. Les sauvegardes dans le cloud sont principalement utilisées dans les stratégies de reprise après sinistre requises après une attaque de ransomware.

L’utilisation de filtres de messagerie est une autre stratégie de cybersécurité. En étant proactive, une organisation éducative peut arrêter les pièces jointes de ransomware avant qu’elles n’atteignent les boîtes de réception des utilisateurs ciblés. Avec les filtres de messagerie, votre système de sécurité pourra détecter les messages et pièces jointes malveillants et les envoyer en quarantaine.

La quarantaine est un lieu de stockage sûr où les administrateurs peuvent examiner le contenu du courriel et déterminer s’il s’agit d’un faux positif. S’il s’agit d’un faux positif, les administrateurs le transmettent à la boîte de réception du destinataire. Les messages contenant des malwares peuvent être supprimés ou examinés en vue d’améliorer la stratégie de l’organisation.

L’éducation des utilisateurs est une troisième option. Comme les enseignants communiquent souvent avec leurs élèves en ligne, les sensibiliser aux dangers des malwares et du phishing leur permet d’identifier ces messages.

Les enseignants sont des cibles récentes, et leurs propres appareils sont à risque s’ils continuent à enseigner depuis leur domicile. En dispensant l’éducation et la formation à la cybersécurité nécessaires pour identifier le phishing, les enseignants seront moins susceptibles d’être la prochaine victime d’une telle attaque. Ils doivent également savoir que l’ouverture des pièces jointes doit se faire avec prudence et que les macros ne doivent jamais être exécutées.

Technologie et éducation

La plupart des écoles ont adopté le numérique pour communiquer et collaborer avec les élèves. Les appareils tels que les Chromebooks et les iPads sont monnaie courante. La productivité et la collaboration entre le corps enseignant, les élèves et les parents ont augmenté en conséquence.

Cette transformation numérique du secteur de l’éducation présente des défis en matière de sécurisation des communications et de protection des étudiants contre les attaques en ligne. Les universités et les écoles doivent être en mesure de protéger rapidement et facilement leurs étudiants et leur personnel contre les menaces en ligne.

WebTitan on-the-go (OTG) pour les Chromebooks est maintenant disponible, pour protéger tous les utilisateurs de vos Chromebooks contre les menaces en ligne. Conçu pour le secteur de l’éducation, il s’agit d’une solution de filtrage de sécurité rapide et abordable pour les Chromebooks qui prend en charge la conformité CIPA, ce qui permet à votre école ou votre bibliothèque de bénéficier de réductions E-rate pour des services autres que la téléphonie.

Les organisations qui utilisent le produit WebTitan peuvent désormais appliquer facilement des politiques pour tous leurs utilisateurs de Chromebook par groupe. Si vous voulez en savoir plus sur WebTitan on-the-go (OTG) pour les Chromebooks.

Babuk : le nouveau ransomware développé pour 2021

Babuk : le nouveau ransomware développé pour 2021

Le nombre d’attaques de ransomwares est de nouveau en hausse. Découvrez les dernières tendances en matière de ransomware dans ce dossier.

Alors que les gouvernements réduisent lentement les exigences en termes de confinement en cas de pandémie ; et qu’une plus grande partie de la population se fait vacciner, les auteurs de malwares continuent de créer des logiciels. Ces derniers tirent parti des anciennes et nouvelles craintes créées par le Coronavirus.

Les chercheurs se sont focalisés sur les dernières tendances concernant l’évolution de nouvelles formes de ransomware ciblant les entreprises. Rappelons qu’en 2020, les malwares visaient principalement les particuliers travaillant à domicile.

Alors que de plus en plus d’employés retournent dans leurs bureaux, les attaquants tournent leur attention vers les entreprises et les nombreuses erreurs humaines qui permettent une violation de données réussie.

Le ransomware Babuk et ses caractéristiques

Le tout dernier ransomware — appelé Babuk — a été conçu pour cibler les données des entreprises. Les pirates l’utilisent pour chiffrer les données des organisations en vue de demander aux victimes ciblées de payer une rançon d’environ 50 000 à 70 000 euros en échange des clés privées nécessaires au déchiffrement des données.

Les chercheurs ont constaté que Babuk était principalement un ransomware standard, mais qu’il présentait quelques caractéristiques qui le rendaient spécifiquement conçu pour les entreprises plutôt que pour les particuliers. Principalement, il désactive de nombreux services utilisés dans un environnement d’entreprise et non par des utilisateurs individuels.

Babuk désactive de nombreuses fonctions de sauvegarde disponibles dans Windows. La première fonction désactivée est le service de copie d’ombre de volume (VSS – Volume Shadow Copy) utilisé pour effectuer des sauvegardes des fichiers en cours d’utilisation.

Lorsque cette fonction est désactivée, les utilisateurs ne peuvent plus récupérer leurs fichiers actifs. Elle désactive également le mécanisme de verrouillage des fichiers utilisé sur les fichiers ouverts et actifs. Pour les entreprises qui utilisent les fonctions de sauvegarde de Microsoft Office, Babuk désactive également ces fonctions.

Après avoir désactivé les fonctions de sauvegarde de Windows, Babuk lance la phase de chiffrement. Il double le chiffrement des petits fichiers de moins de 41 Mo et divise les gros fichiers en petites parties avant de les chiffrer. Le ransomware utilise un algorithme de chiffrement appelé ChaCha8, généré à partir d’un hachage SHA-256, un algorithme qui représente une famille de fonctions de hachage.

Pour les ransomwares qui ciblent les particuliers, les pirates utilisent plusieurs clés pour chaque utilisateur. Babuk n’utilise qu’une seule clé privée, ce qui est une autre indication qu’il cible les entreprises. La plupart des activités de Babuk sont similaires à celles d’autres ransomwares, mais il est tout aussi dangereux pour l’intégrité et la confidentialité des données d’entreprise que ses prédécesseurs.

Comment se protéger de Babuk et des autres ransomwares ?

Les ransomwares sont considérés comme des applications malveillantes très agressives et représentent une grande menace pour l’intégrité des données. Ils peuvent paralyser une organisation en détruisant des données et en menaçant la réputation de sa cybersécurité. À cause de ces malwares, les clients peuvent également perdre confiance dans la cybersécurité de l’organisation ciblée et peuvent choisir de travailler avec un concurrent.

Aucune stratégie de cybersécurité ne permet de réduire à 100 % ces menaces, mais vous pouvez prendre des mesures pour réduire considérablement les risques d’être la prochaine victime de Babuk. La première stratégie consiste à chiffrer les fichiers importants. En faisant cela, vous rendez beaucoup plus difficile pour Babuk d’identifier les fichiers qui pourraient contenir vos informations importantes.

La deuxième stratégie consiste à utiliser des sauvegardes en ligne. Babuk désactive de nombreux services de sauvegarde intégrés à Windows, mais une solution de sauvegarde secondaire qui stocke les fichiers hors site ou dans le cloud améliore la reprise après sinistre. Même si vous êtes victime de Babuk, vous disposez alors de sauvegardes qui peuvent être utilisées pour récupérer les données au lieu de vous retrouver dans une situation où les sauvegardes sont également chiffrées et où il faut payer une rançon pour avoir accès à vos données essentielles.

Les ransomwares pénètrent dans les entreprises de plusieurs façons, c’est pourquoi il faut plus d’un produit pour les combattre. Une troisième stratégie consiste à adopter une approche de la sécurité par couches. La sécurité multicouche ne consiste pas simplement à superposer de nouveaux outils de sécurité à l’infrastructure existante. Il s’agit d’une architecture qui nécessite un plan bien conçu. La mise en œuvre n’est pas toujours simple, car elle exige de la planification et de l’expertise.

S’appuyer sur une seule couche de sécurité n’est plus judicieux dans le paysage actuel des menaces cybercriminelles. Les organisations doivent se concentrer sur les données qu’elles protègent et construire des couches de sécurité autour d’elles. Vos clients vous en remercieront et vos résultats financiers n’en seront que meilleurs.

Cette approche de sécurité multicouche doit également inclure le filtrage des emails. Les filtres de messagerie dotés d’intelligence artificielle (IA) identifient les messages et les pièces jointes suspects et les envoient en quarantaine, où ils peuvent être examinés par un administrateur.

En empêchant les messages malveillants d’atteindre la boîte de réception d’un utilisateur ciblé, on réduit les risques en éliminant l’erreur humaine. Toute pièce jointe contenant des macros, des fichiers exécutables ou des messages dont l’adresse d’expéditeur est usurpée est bloquée par les filtres de messagerie. Les administrateurs examinent les messages mis en quarantaine et envoient les faux positifs au destinataire prévu afin que les courriels ne soient jamais perdus ou automatiquement supprimés.

Les logiciels de surveillance détectent le trafic suspect sur le réseau. Il s’agit donc également d’une stratégie utilisée pour détecter les malwares lorsqu’ils recherchent des ressources. La surveillance de la détection et de la prévention des intrusions empêche les malwares de chiffrer des fichiers ou d’exfiltrer des données, puis elle alerte les administrateurs.

Les administrateurs peuvent alors enquêter et identifier tous les fichiers et services suspects actifs sur le réseau. N’oubliez pas que les appareils des utilisateurs peuvent également exécuter des malwares qui vont analyser le réseau à la recherche de données et de fichiers critiques.

Enfin, l’éducation des employés contribue à réduire les risques. Les erreurs humaines constituent toujours une menace pour l’organisation, mais en leur donnant les connaissances nécessaires à la détection des menaces, vous réduisez le risque qu’ils se laissent prendre au piège d’une attaque de phishing ou de malwares via la messagerie électronique.

Lorsqu’ils voient les drapeaux rouges inclus dans un message électronique malveillant, ils seront capables de le reconnaître et d’alerter les administrateurs. En même temps, ils pourront éviter d’exécuter les pièces jointes sur leurs appareils.

En combinant l’éducation des utilisateurs avec les bonnes stratégies de cybersécurité, votre organisation pourra éviter d’être la prochaine victime d’un ransomware.

Protégez votre organisation contre les attaques de phishing avec SpamTitan Email Security. Commencez un essai gratuit pour découvrir comment SpamTitan peut aider votre organisation à prévenir les attaques de ransomwares. Démarrer l’essai gratuit dès aujourd’hui.

Ransomware Babuk : la police n’est pas à l’abri des attaques de ransomwares

Ransomware Babuk : la police n’est pas à l’abri des attaques de ransomwares

Lorsque nous parlons d’application de la loi en relation avec une attaque de ransomware, nous nous attendons à ce qu’il s’agisse d’une enquête en cours menée par la police locale et d’autres agences. Nous ne nous attendons certainement pas à ce que le service de police soit la véritable victime de l’attaque. Or, c’est exactement ce qui s’est passé dans la capitale américaine il y a plus d’une semaine, lorsque la police de Washington DC a été victime d’une attaque de ransomware.

Le département est l’une des 26 agences gouvernementales qui ont été touchées par cette menace de ransomware en 2021 jusqu’à présent. Ce n’est pas non plus la première fois que le service de police d’une grande ville américaine est victime d’une attaque. Le département de police de Miami Beach a été touché en février de l’année dernière, tandis que quelques mois plus tôt, la Policy Academy du Queens, à New York, avait été attaquée.

L’attaque contre la Policy Academy de Washington DC a utilisé ce que l’on appelle le ransomware 2.0. Avec cette nouvelle approche du ransomware, les attaquants commencent par exfiltrer les données d’une organisation avant de les chiffrer. Les données sont transférées vers un cloud sécurisé géré par les attaquants. Ceux-ci disposent ainsi d’une autre possibilité d’extorsion pour se faire payer. Si la tentative de chiffrement échoue ou si l’organisation remédie à l’attaque sans la clé obligatoire, les attaquants utilisent alors la menace de la divulgation des données pour se faire payer.

Dans le cas de la police de Washington, le groupe à l’origine de l’attaque a remis une demande de rançon, accordant à la police un délai de grâce de trois jours, après quoi il a menacé de remettre toute information volée entre les mains d’organisations criminelles. Ils ont ensuite publié des captures d’écran sur le dark web pour confirmer qu’ils avaient soulevé des données pendant l’attaque.

Ils ont affirmé être en possession de 250 Go de données comprenant des informations sensibles, notamment des dossiers personnels d’agents de police et d’informateurs, ainsi que des informations concernant des enquêtes en cours.

Selon les experts, les services de police sont une cible de plus en plus importante pour les pirates informatiques en raison de l’immense quantité d’informations qu’ils détiennent sur le public. Les pirates ciblent leurs données afin d’altérer les enquêtes en cours ou d’obtenir des informations à des fins de chantage. Les organisations criminelles sont prêtes à payer pour des données qui les aideront à échapper aux efforts de la police.

Le service de police a confirmé qu’une partie non autorisée avait accédé à son système et que des informations personnelles identifiables concernant des employés avaient été compromises. Il a assuré le public que les opérations de base n’avaient pas été affectées, mais n’a pas confirmé si l’attaque impliquait un ransomware. Ils ont également déclaré que le FBI avait été appelé pour enquêter sur cette affaire.

Qui est Babuk ?

Le groupe à l’origine de l’attaque est connu sous le nom de Babuk, une organisation de piratage dont les membres résident en Russie ou dans les pays voisins. Le groupe a été découvert au début de l’année 2021, selon un document d’analyse publié par McAfee. Le rapport attribue à ce groupe une série d’attaques similaires au cours de l’année écoulée.

Babuk est en fait plus qu’un groupe de cyberattaquants. Le code de leur ransomware est disponible en tant que service pour les affiliés prêts à payer pour le logiciel. Le groupe est entré en scène l’année dernière et a lancé la première attaque connue de ransomware en 2021, et il est actif depuis.

Pas d’échappatoire aux attaques de ransomware

L’une des attaques les plus notoires mises en œuvre par Babuk concernait la franchise de la NBA, les Houston Rockets. Le groupe a réussi à installer un ransomware sur divers systèmes internes des Rockets. Bien qu’un porte-parole de l’équipe ait déclaré que ses systèmes de défense avaient limité la portée de l’attaque et nié que des opérations de l’équipe aient été affectées, Babuk affirme avoir volé 500 Go de données dans les systèmes des Rockets. Les données volées comprenaient des contrats, des accords de non-divulgation et des données financières.

Une autre attaque en 2021 a impliqué une entreprise de défense et d’aérospatiale appelée PDI Group, basée à Dayton, dans l’Ohio. L’entreprise est un important fournisseur d’équipements militaires pour l’armée de l’air américaine et d’autres armées dans le monde. Babuk a pu obtenir un ensemble d’informations sensibles, notamment des contrats, des informations sur les paiements des clients et des données sur les employés.

La fin des attaques de ransomware de Babuk

Ironiquement, le groupe a indiqué sur son site Web que l’incident de la police de Washington serait sa dernière attaque de ransomware et qu’il ne mettrait plus son logiciel à la disposition de ses affiliés. Bien que le groupe ait cessé d’orchestrer des attaques par ransomware, il prévoit de se concentrer sur le vol de données de grandes organisations bien financées.   Même si Babuk se retire de la lutte contre les ransomwares, ne vous attendez pas à ce que les attaques de ce type disparaissent.

Prévenez les attaques de ransomware avec une sécurité multicouche avancée. TitanHQ fournit une protection contre les menaces avancées et bloque les activités malveillantes telles que les attaques de ransomware.

Contactez dès aujourd’hui un expert en sécurité de TitanHQ et découvrez comment nous pouvons vous aider à protéger votre entreprise contre les attaques de ransomware. Contactez-nous.

Des attaques de phishing visent les patients vaccinés contre le COVID

Des attaques de phishing visent les patients vaccinés contre le COVID

Tout le monde sait que les escrocs utilisent des emails malveillants pour inciter leurs cibles à se laisser prendre par des campagnes de phishing. Cependant, la plupart des personnes ciblées ne sont pas familières avec ce type d’attaque.

Même lorsque les utilisateurs connaissent les campagnes de phishing, ils ne savent toujours pas comment les identifier et éviter de devenir une victime.

Une récente campagne de phishing consiste à envoyer des emails liés au COVID pour inciter les utilisateurs à divulguer leurs données personnelles. En réalité, le but de cette campagne est de voler l’identité des patients vaccinés.

Emails de vaccins contre le COVID à la marque du NHS

En raison de la pandémie, le monde entier se précipite actuellement pour se faire vacciner afin de pouvoir profiter de ses étés et de contribuer à accélérer l’immunité collective. Certains pays exigent une preuve de vaccination pour franchir leurs frontières, ce qui motive fortement les voyageurs à se faire vacciner. L’anxiété et la pression exercée sur les voyageurs pour qu’ils se fassent vacciner constituent un levier pour les auteurs d’attaques de phishing.

La peur et le sentiment d’urgence sont des avantages pour les escrocs. Cela joue en leur faveur et trompe même les utilisateurs éduqués sur le plan technologique. Avec cette dernière attaque de phishing, les escrocs utilisent les logos et la marque du National Health Service (NHS) pour donner à leurs messages électroniques une apparence légitime. Le message de phishing informe les utilisateurs ciblés qu’ils ont été sélectionnés pour recevoir le vaccin.

En utilisant le logo du NHS, le message électronique demande diverses informations privées, telles que le nom, les dates de naissance et les détails de la carte de crédit, afin de pouvoir programmer le vaccin. Bien entendu, aucune de ces informations n’est nécessaire et les patients doivent prendre rendez-vous pour se faire vacciner auprès d’un prestataire de soins agréé. Si les patients n’identifient pas le message comme étant malveillant, ils divulguent leur identité à l’expéditeur, et ces détails peuvent être utilisés pour ouvrir des comptes financiers ou être vendus sur les marchés du darknet.

Les attaques de phishing reposent sur l’erreur humaine

L’erreur humaine est le meilleur atout d’un attaquant. Elle est à l’origine d’un grand nombre de violations de données dans le monde. Cette attaque de phishing cible les particuliers pour leurs informations privées, mais les ransomwares sont également courants. Ces deux types d’attaques permettent aux escrocs de toucher des sommes importantes, et le phishing est le moyen le plus courant de tromper les utilisateurs pour qu’ils tombent dans le piège de l’escroquerie.

Selon les experts, les attaques de phishing exploitant les craintes liées à la vaccination contre le COVID ont augmenté de 350 % cette année, ce qui en fait l’une des plus grandes campagnes à ce jour.

Comme la plupart des gens ont peur des problèmes liés au COVID, la campagne de phishing utilise la peur pour susciter un sentiment d’urgence, ce qui entraîne des erreurs humaines. Même les utilisateurs familiarisés avec le fonctionnement des campagnes de phishing pourraient tomber dans le panneau, car la peur est un avantage pour les escrocs qui utilisent le phishing comme principal vecteur d’attaque.

Les filtres de messagerie empêchent les escroqueries par phishing

Les administrateurs de Gmail de Google affirment bloquer chaque jour 240 millions d’escroqueries liées au COVID. Les filtres de messagerie constituent donc une défense de premier plan contre les campagnes de phishing.

Au lieu de compter sur l’intervention humaine pour stopper l’attaque, les filtres de messagerie éliminent les emails malveillants avant même qu’ils n’atteignent la boîte de réception du destinataire ciblé. Cela permet de stopper la plupart des campagnes de phishing et de protéger les personnes qui, autrement, se laisseraient prendre au piège de l’escroquerie.

L’élimination des courriels frauduleux envoyés à des particuliers est une bonne chose pour les comptes personnels, mais la suppression automatique des courriels dans un contexte professionnel peut créer des problèmes dus à de faux positifs.

Si un faux positif supprime des messages importants, cela entraîne des interruptions dans les communications professionnelles, les contrats, les délais et d’autres flux de travail critiques pour la productivité.

Au lieu d’ignorer ou de supprimer les emails dans un environnement professionnel, les filtres de messagerie devraient mettre en quarantaine les messages suspects. En mettant les messages en quarantaine, les administrateurs peuvent alors les examiner pour y déceler tout contenu suspect. Si le contenu s’avère légitime et que la mise en quarantaine du message était un faux positif, les administrateurs peuvent alors le transmettre au destinataire prévu. Si le message est considéré comme malveillant, les administrateurs peuvent examiner les autres messages mis en quarantaine pour déterminer si l’organisation est ciblée par une quelconque attaque.

En combinaison avec les filtres de contenu, les organisations réduisent le risque d’être la prochaine victime d’une attaque. Ces messages liés aux vaccins du NHS contiennent des informations convaincantes qui ressemblent à un message légitime. Il n’est donc pas surprenant que de nombreuses victimes ciblées continuent de se laisser prendre au piège des campagnes de phishing.

Les utilisateurs doivent savoir qu’aucun message légitime ne demandera de données privées sensibles, surtout par courrier électronique.

Une façon de traiter les messages de phishing est d’appeler la source de la marque pour valider sa légitimité, mais cela est fastidieux et n’est pas efficace dans un contexte professionnel. Au lieu de cela, les entreprises peuvent utiliser des filtres qui exploitent l’intelligence artificielle pour s’assurer que ces messages malveillants n’atteignent jamais le destinataire prévu.

Il suffit d’un seul courriel de phishing réussi pour nuire à une entreprise, que ce soit parce que la victime divulgue des informations privées à l’attaquant ou que l’utilisateur exécute un malware sur le réseau. Avec les filtres de messagerie en place, vous ne vous soucierez plus de l’erreur humaine et vous vous fierez à la technologie pour détecter et bloquer les attaques.

Le filtrage des emails de SpamTitan fournit une couche protectrice de sécurité aux clients d’Office 365 pour bloquer les spams, les virus, les malwares et les ransomwares. Réduisez le risque d’erreur humaine qui peut entraîner des violations de données avec SpamTitan. Faites un essai de 14 jours pour voir des résultats immédiats. Commencez l’essai gratuit de 14 jours dès maintenant.

Les attaques de ransomwares augmentent depuis le Covid-19

Les attaques de ransomwares augmentent depuis le Covid-19

Alors que la crise causée par la pandémie du Covid-19 a contraint les entreprises, les écoles et les prestataires de soins de santé à passer au virtuel, les escrocs ont créé des malwares spécifiquement adaptés à la situation mondiale.

Quel que soit le pays ciblé, les développeurs de malwares sont sûrs de trouver des victimes. Ils ne recherchent plus des victimes multiples parmi des milliers d’adresses électroniques. Au lieu de cela, ils se concentrent sur des industries et des individus spécifiques pour augmenter leurs gains.

La cybersécurité ayant été reléguée au second plan alors que de plus en plus d’entreprises et d’écoles devenaient virtuelles, les attaques se sont avérées fructueuses, car de plus en plus de ransomwares ont touché les entreprises et leurs employés.

Les attaques de ransomwares avant le Covid-19

Avant la pandémie, les développeurs de ransomwares ont fait en sorte qu’un maximum de personnes puisse être victimes d’une attaque. Ils utilisaient principalement les emails pour envoyer des pièces jointes malveillantes, et envoyaient des milliers de messages à leurs cibles.

Certains messages électroniques étaient filtrés, tandis que d’autres étaient simplement ignorés ou supprimés par les utilisateurs. Pourtant, un petit pourcentage de destinataires se laissait prendre au piège de l’attaque et installait le malware.

Avec des milliers d’emails envoyés, un escroc pourrait s’attendre à recevoir de l’argent du petit pourcentage de destinataires qui tombent dans le piège du message. Les victimes ouvraient une pièce jointe, exécutaient une macro malveillante, puis payaient la rançon pour récupérer leurs fichiers.

La plupart des ransomwares ciblaient les particuliers et demandaient une petite somme en échange de la clé privée. Un escroc pouvait gagner des milliers d’euros avec des malwares traditionnels ciblant des particuliers.

Attaques de ransomwares depuis le Covid-19

En 2020 et en 2021, les escrocs ont changé de cible pour s’attaquer aux entreprises et à leurs employés travaillant à domicile.

La plupart des entreprises ayant été contraintes de passer au virtuel, les employés travaillaient à domicile et la cybersécurité n’était plus qu’une question de second ordre après la configuration initiale de l’environnement.

En réalité, les entreprises ont migré les données et les applications vers le cloud pour permettre aux employés d’accéder à l’infrastructure nécessaire, mais cela a été fait d’une manière qui a laissé des vulnérabilités.

L’accès d’un seul utilisateur à haut niveau de privilèges peut s’avérer très payant pour un escroc. Les ransomwares peuvent se propager de la machine d’un utilisateur ciblé au réseau mondial, ce qui leur donne l’occasion de chiffrer les fichiers essentiels de toute une organisation.

Si l’organisation ne dispose pas de sauvegardes appropriées et d’un plan de reprise après sinistre, elle sera contrainte de payer la rançon. Les escrocs qui ciblent les entreprises demandent des dizaines de milliers de dollars plutôt que quelques centaines en cryptomonnaie, sachant que les entreprises ont plus d’argent à payer.

Extorsion et déni de service distribué (DDoS)

Si une organisation choisit de ne pas payer la rançon, une autre évolution des nouvelles attaques de ransomware est l’extorsion et le chantage. Les escrocs menacent de rendre les données publiques ou de lancer un DDoS contre l’organisation.

L’extorsion est la sauvegarde secondaire la plus populaire pour les escrocs afin de faire chanter les organisations pour qu’elles paient la rançon, même si elles ont des sauvegardes.

En publiant les données volées, l’organisation souffre d’une atteinte à sa réputation. Il s’agit d’un outil efficace si l’organisation ne parvient pas à payer la rançon.

L’autre option pour les escrocs est de lancer un DDoS sur l’organisation. Cela met hors service les services essentiels, obligeant l’organisation à payer une rançon pour que l’attaque cesse.

La cybersécurité devrait être une priorité pour le personnel distant

Il est inévitable que les entreprises aient plusieurs membres du personnel travaillant à domicile, au moins jusqu’en 2021.

Lorsque les gens reviendront au bureau, le monde du travail reviendra à la normale. Mais les escrocs continueront à se concentrer sur les employés vulnérables travaillant à domicile.

Des contrôles de cybersécurité multicouches doivent être installés pour prévenir les menaces avancées telles que les ransomwares, pour tout employé ouvrant des messages électroniques à la maison.

Les filtres de courrier électronique constituent une couche importante de la cybersécurité. Ils détectent les messages et pièces jointes malveillants avant qu’ils n’atteignent la boîte de réception de l’utilisateur.

Ils sont installés sur les serveurs de messagerie afin que les administrateurs puissent examiner les messages potentiellement malveillants. Les messages signalés par les systèmes de cybersécurité du courrier électronique sont envoyés dans un emplacement de quarantaine où les administrateurs peuvent les examiner.

Les administrateurs peuvent alors transférer les faux positifs au destinataire prévu ou supprimer les messages malveillants.

Les escrocs ne font chanter les entreprises qu’après qu’elles ont été victimes d’un ransomware et d’une violation de données. La suppression des messages sur un serveur de messagerie arrête ces attaques dès le début.

Vous ne dépendez plus de la formation des utilisateurs ou des programmes antivirus locaux. Les appareils des utilisateurs pouvant avoir des programmes antivirus mal gérés, les réseaux d’entreprise ne peuvent pas compter sur les systèmes antimalware des utilisateurs pour détecter les ransomwares.

Avec les filtres de messagerie, l’utilisateur ne reçoit jamais le message, et le contrôle de la cybersécurité est rendu à l’organisation visée.

Les attaques DDoS sont toujours préoccupantes, mais les escrocs qui cherchent à faire chanter leurs cibles par des ransomwares se tourneront vers les organisations qui ne parviennent pas à stopper les messages électroniques malveillants

En éliminant la menace des ransomwares, une organisation réduit considérablement la probabilité d’être victime de chantage, d’extorsion et d’attaques DDoS.

Grâce à la cybersécurité des courriels, le personnel à domicile devient une menace moins importante pour l’organisation en raison du phishing, des malwares et d’autres menaces en ligne.

Une stratégie de sécurité à plusieurs niveaux est essentielle pour toutes les organisations afin de prévenir les attaques de ransomware et les violations de données.

SpamTitan Email Security et WebTitan Web Filtering offrent une protection à 99,99 % contre les malwares, le phishing, les virus, les ransomwares et les sites malveillants.

Contactez nous dès aujourd’hui pour protéger votre organisation avec une stratégie de sécurité à plusieurs niveaux.

La confidentialité des données des patients menacée par le phishing

La confidentialité des données des patients menacée par le phishing

Les données relatives aux soins de santé font partie des dossiers les plus précieux pour les escrocs. Chaque dossier contient des informations de contact, des numéros de sécurité sociale et potentiellement des comptes financiers.

Un attaquant pourrait vendre ces informations sur le darknet ou les utiliser dans le cadre d’une usurpation d’identité pour différentes raisons.

Quelle que soit la motivation des pirates informatiques, ces dossiers sont une cible de choix pour eux, et les campagnes de phishing visent à faire des prestataires de soins de santé les prochaines victimes.

Des millions de dossiers médicaux volés par le phishing

Depuis la pandémie, de plus en plus de personnes se préoccupent de leur santé ; se rendent dans les hôpitaux pour les tests COVID et souhaitent se faire vacciner. Les hôpitaux ont été submergés de patients et d’employés fatigués, ce qui a entraîné une vulnérabilité supplémentaire due aux erreurs humaines.

Les campagnes de phishing tirent parti des erreurs humaines et de l’incapacité d’un employé à remarquer les signaux d’alarme. Pour eux, les employés fatigués sont de meilleures cibles, et ils sont conscients des nombreux problèmes rencontrés dans les hôpitaux pendant le COVID et les fermetures pour cause de pandémie.

En 2021, des millions de dossiers de patients ont été volés, principalement lors d’attaques de phishing. Le prestataire de soins de santé New York American Anesthesiology a été par exemple victime d’une campagne de phishing qui a touché plus de 1,3 million de patients.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a également été victime d’une attaque au cours de laquelle environ 9,4 millions de dossiers des patients ont été exposés à des escrocs.

Tout prestataire de soins de santé responsable d’une violation de données doit en informer les patients, conformément à la loi de 1996 sur la portabilité et la responsabilité en matière d’assurance maladie (HIPAA).

Le Department of Health and Human Services (ministère de la Santé et des Services sociaux) a mis en place une page web où les incidents peuvent être signalés, et les patients peuvent vérifier quand et où la violation s’est produite afin de savoir s’ils pourraient être la prochaine cible d’un vol d’identité.

Depuis le 1er janvier 2021, de nombreuses autres attaques par ransomware et de phishing ont été à l’origine de violations de données dans le secteur de la santé.

Comme les dossiers médicaux contiennent des informations personnellement identifiables, ils ont de la valeur sur le darknet. Tout patient qui pense que ses données ont été divulguées doit surveiller ses rapports de crédit et être à l’affût des courriels de phishing destinés à faire plus d’argent sur le dos de la victime.

Protéger le courrier électronique professionnel contre le phishing

Les campagnes de phishing peuvent être ciblées sur des individus avec des attaques à haut niveau de privilèges, ou elles peuvent être aléatoires lorsque des millions d’utilisateurs reçoivent le même email.

Les attaques non ciblées privilégient la quantité à la qualité. Les escrocs espèrent qu’un petit pourcentage de personnes se laissera prendre au message de phishing. Avec une seule campagne, et même avec un faible pourcentage de victimes, ils peuvent toutefois générer des milliers d’euros de revenus.

Les campagnes de spear-phishing sont beaucoup plus ciblées et efficaces. Les pirates choisissent d’envoyer moins de messages électroniques aux utilisateurs ciblés, mais la campagne peut être beaucoup plus puissante.

Avec un compte à haut niveau de privilège ou l’installation réussie d’un ransomware, un attaquant peut gagner des millions grâce à ses efforts.

Lors d’une attaque de ransomware qui cible les organisations, les pirates peuvent demander des milliers d’euros en échange de clés privées pour déchiffrer les données. Ils peuvent également utiliser les informations d’identification qu’ils ont volées pour exfiltrer des données des serveurs de l’organisation.

Ces deux types de campagnes de phishing nuisent à la réputation d’un établissement de soins et de santé ainsi qu’à la confidentialité des données de ses patients.

C’est pour cette raison que les prestataires de soins de santé et les autres organisations doivent prendre plusieurs mesures pour protéger les utilisateurs contre le phishing.

Les utilisateurs n’ont pas la formation nécessaire pour identifier les campagnes de phishing, mais même les administrateurs informatiques sont victimes de ces attaques.

La meilleure façon de protéger les utilisateurs est d’empêcher les messages malveillants d’atteindre les boîtes de réception des destinataires ciblés. Cela peut se faire à l’aide de filtres de messagerie.

La cybersécurité sur les serveurs de messagerie est la première défense contre le phishing. Les filtres de messagerie qui exploitent l’intelligence artificielle fonctionnent encore mieux pour détecter les messages malveillants et les mettre en quarantaine avant qu’ils n’atteignent la boîte de réception du destinataire ciblé.

Même si les emails sont mis en quarantaine, ils sont toujours accessibles aux administrateurs pour examen, mais ils sont inaccessibles aux utilisateurs standards qui pourraient ne pas se rendre compte qu’un message est malveillant.

Les pièces jointes sont souvent utilisées pour inciter les utilisateurs à installer des ransomwares sur le réseau de votre organisation.

Les ransomwares constituent une autre attaque dangereuse visant la confidentialité et l’intégrité des données. Les pirates l’utilisent souvent contre les prestataires de soins de santé, sachant qu’ils peuvent paralyser les flux de travail et la productivité de votre organisation.

Sachez que les systèmes de cybersécurité du courrier électronique peuvent détecter les pièces jointes qui pourraient contenir des macros utilisées pour télécharger des ransomwares et les installer sur les systèmes de votre organisation.

Une cybersécurité multicouche est essentielle pour protéger le secteur de la santé contre les menaces avancées telles que le phishing et les ransomwares.

Sans une approche de cybersécurité à plusieurs niveaux, d’autres prestataires de soins de santé pourraient être victimes de la prochaine grande violation de données.

En utilisant le bon filtre de courrier électronique et les filtres de contenu web, vous pouvez réduire les risques liés aux erreurs humaines et confier la détection des campagnes de phishing aux contrôles de cybersécurité.

Un filtre d’email détecte les messages, met en quarantaine les emails suspects. Il donne également plus de contrôle aux administrateurs pour les permettre de les examiner à la recherche de contenu malveillant. Si l’administrateur détermine que le message mis en quarantaine est un faux positif, il peut alors le transmettre au destinataire prévu.

Ces contrôles permettent de stopper de nombreuses campagnes de phishing et de réduire les risques que votre organisation devienne la prochaine victime d’une violation de données médicales.

TitanHQ offre une sécurité multicouche avancée pour protéger votre organisation contre les ransomwares, les attaques de phishing et les violations de données.

Contactez l’un de nos experts en cybersécurité dès aujourd’hui pour savoir comment nous pouvons protéger votre organisation.

Phishing : des faux prêts PPP à des entreprises américaines

phishing-faux-prets-ppp-entreprises-americaines

Les cybercriminels ont trouvé de nouveaux moyens de cibler leurs victimes avec de faux prêts PPP grâce à une campagne de phishing.

À la suite de la pandémie et du blocage de nombreuses entreprises par le COVID-19, les entreprises américaines se sont vu offrir un moyen de rester à flot sous la forme d’un prêt PPP.

Le « Paycheck Protection Program » est un prêt d’urgence mis en place par le gouvernement américain et destiné aux petites entreprises exerçant aux États-Unis pour les aider à stabiliser leurs charges salariales et d’autres coûts commerciaux.

En fait, les banques et autres prêteurs accordent des fonds aux entreprises en fonction de leur chiffre d’affaires, de leur taille et du nombre d’employés. Même les petites entreprises ont pu obtenir un prêt PPP pour les aider à couvrir leurs salaires et autres dépenses.

Pour s’attaquer aux propriétaires d’entreprises désespérées, les auteurs de phishing ont créé une campagne qui leur promettait un prêt PPP lorsqu’ils cliquaient sur un lien où les attaquants pouvaient recueillir des informations sensibles sur eux.

Comment fonctionne cette arnaque de phishing ?

Comme de nombreuses petites entreprises avaient besoin de prêt PPP pour couvrir leurs dépenses, les pirates pouvaient choisir parmi des millions de cibles. Même les indépendants ayant une petite entreprise pouvaient prétendre à un prêt, à condition d’avoir des revenus et de remplir certains documents.

Il est courant que les attaques de phishing jouent sur la peur de l’avenir et le sentiment d’urgence d’obtenir un financement des utilisateurs ciblés, et le prêt PPP était le moyen idéal pour les inciter à divulguer des informations sensibles.

L’email contenait un lien vers un formulaire Microsoft Office dans lequel les utilisateurs étaient invités à fournir leur numéro de sécurité sociale, leur nom et leur date de naissance. Ces informations peuvent être utilisées pour ouvrir des comptes de carte de crédit et d’autres comptes financiers.

Dans des circonstances normales, n’importe quel destinataire de l’email de phishing aurait pu comprendre que ledit formulaire Office pouvait être malveillant. Mais cette fois, les attaquants ont joué sur les craintes et le sentiment d’urgence des propriétaires d’entreprises pour obtenir un soutien financier.

Pour rendre la chose plus crédible, les escrocs ont également demandé des informations sur l’entreprise, telles que les revenus, le coût des opérations et le coût des marchandises et des fournitures nécessaires au fonctionnement de l’organisation.

Si un utilisateur professionnel examinait les qualifications et les documents demandés, la proposition pourrait lui sembler légitime et nécessaire. De plus, les questions qui ont été posées ont donné à l’attaque de phishing un sentiment de légitimité.

Comme de nombreuses attaques de phishing, l’adresse de l’expéditeur était un domaine malveillant qui ressemblait au domaine officiel du gouvernement, à savoir payments@sba.pppgov.com.

Là encore, sans le sentiment d’urgence, un quelconque destinataire qui regarde minutieusement l’adresse pourrait remarquer que le domaine de l’expéditeur se termine par le suffixe « .com » plutôt que par l’extension officielle du gouvernement « .gov ». Néanmoins, l’attaque a joué sur la peur de l’avenir et le besoin de soutien financier des destinataires du message.

Découvrez les 10 signes révélateurs d’une escroquerie de phishing

Vol d’informations d’identification Microsoft Office

Outre le vol d’informations sensibles, l’objectif principal de l’attaque était d’obtenir les informations d’identification d’utilisateurs sans méfiance de Microsoft Office. Lorsque les utilisateurs cliquent sur un lien dans le message de phishing, une page de connexion Microsoft Office usurpée leur était présentée.

En règle générale, les utilisateurs ne devraient jamais saisir d’informations d’identification après avoir cliqué sur un lien dans un email, mais beaucoup d’entre eux ne respectent pas cette norme de cybersécurité. Ils saisissent leurs informations d’identification après avoir ouvert une page web malveillante à partir d’un email de phishing.

Les utilisateurs peuvent éviter ce type d’attaque en tapant simplement le soi-disant site intégré au message dans leur navigateur, plutôt que de saisir des informations d’identification à partir du lien fourni dans le message. En fait, il s’agit d’une méthode courante pour les inciter à divulguer des données sensibles, notamment des informations d’identification.

Plusieurs attaques de phishing utilisent également des graphiques et des mises en page de pages de destination usurpées qui imitent un site officiel d’une marque connue comme Microsoft, PayPal, Google et des institutions bancaires.

Un autre moyen d’éviter d’être victime de ce type d’attaque est d’utiliser l’authentification à deux facteurs. Même si les utilisateurs les plus avertis se laissent parfois prendre au piège d’une attaque de phishing, l’authentification à deux facteurs peut empêcher les attaquants de s’authentifier sur un compte avec un mot de passe volé.

Bien qu’il ne faille pas vous fier entièrement à l’authentification à deux facteurs pour vous protéger des escroqueries de phishing, sachez qu’elle ajoute une couche de cybersécurité à vos comptes au cas où vos informations d’identification seraient exposées.

Protéger les emails avec des filtres web

Les filtres de messagerie électronique bloquent la plupart des campagnes de phishing courantes. Comme cette campagne cible les entreprises, ils empêcheront par exemple les emails malveillants d’arriver dans la boîte de réception du propriétaire et des employés d’entreprise.

Par conséquent, ce type de cybersécurité réduit donc considérablement les effets du phishing, tout en protégeant les organisations d’un accès non autorisé à partir d’informations d’identification volées.

Non seulement les filtres de messagerie électronique empêchent les messages d’atteindre les boîtes de réception des destinataires des emails de phishing, mais ils permettent également aux administrateurs d’examiner les messages malveillants.

Ainsi, l’administrateur peut confirmer que le message est malveillant ou l’envoyer dans la boîte de réception des utilisateurs finaux dans un scénario de faux positif. En même temps, l’examen par l’administrateur permet à l’intelligence artificielle de s’entraîner à mieux différencier les messages malveillants des messages légitimes.

Enfin, les utilisateurs doivent être formés pour identifier les messages de phishing malveillants au cas où un attaquant parviendrait à contourner un filtre de messagerie.

Les bons filtres de messagerie bloqueront le phishing en se basant sur l’intelligence artificielle et d’autres méthodes de détection. Il s’agit de la première défense contre les campagnes de phishing, y compris les plus récentes qui s’appuient sur la peur et l’urgence suscitées par les blocages liés à la pandémie du Covid-19.

Si vous les combinez avec l’éducation des employés à la cybersécurité, votre entreprise pourra réduire drastiquement le risque de violation de données liée au phishing.

La solution de protection des emails SpamTitan peut bloquer les spams, les virus, les malwares, les tentatives de phishing et bien d’autres menaces liées à la messagerie électronique, en les empêchant d’arriver dans les boîtes de réceptions de vos employés.

Pour découvrir comment notre solution peut protéger votre entreprise, découvrez la vidéo de démonstration de SpamTitan.

3 choses qui exposent votre messagerie électronique

3 choses qui exposent votre messagerie électronique

Le courrier électronique fait partie de notre vie quotidienne, notamment sur le lieu de travail. C’est un outil indispensable utilisé pour la communication et le marketing.

Il nous permet d’envoyer des fichiers et des documents, de discuter des stratégies d’entreprises à adopter et de rester en contact. Même à l’ère des applications de visioconférence comme Zoom, les échanges par email continue de prospérer.

En 2020, plus de 4 milliards de personnes utilisaient l’email, et 86 % des professionnels avaient recours à cet outil pour diffuser du contenu professionnel.

Lorsqu’une technologie a le vent en poupe, les cybercriminels suivent la tendance dans le but de trouver de nouvelles tactiques pour duper leurs victimes.

Et comme l’email est si omniprésent et fiable en tant que moyen de communication, il constitue le vecteur parfait pour leur permettre d’attaquer les organisations ou pour inciter d’autres victimes à exposer accidentellement leurs données sensibles.

Ce fait a été confirmé par un nouveau rapport qui prouve que le travail à distance exacerbe le problème de l’exposition des données via des emails.

95 % des données sont menacées par une exposition liée au courrier électronique

Le courrier électronique est l’un des canaux de prédilection des cybercriminels et 95 % des responsables informatiques déclarent que leurs données sont menacées par cet outil. En outre, 83 % des entreprises ont admis avoir subi une violation de données via la messagerie électronique au cours des 12 derniers mois.

Ces données, tirées du rapport Egress, décrivent une crise dans l’utilisation du courrier électronique. Néanmoins, il est peu probable que l’email soit remplacé par une autre technologie dans un avenir proche. Les limites des autres supports qui pourraient être utilisés pour remplacer l’email incluent l’incapacité à auditer et à gérer les données.

En fait, l’email restera une voie d’accès et de sortie pour les entreprises. Cette voie est exploitable et subit les pressions normales de tout système d’utilisation de masse, ce qui inclut les accidents et la simple mauvaise utilisation due au comportement humain et à une faible sensibilisation à la sécurité.

Pour atténuer les risques liés au courrier électronique, il est nécessaire de comprendre les menaces et les bonnes pratiques pour ne pas l’utiliser de façon abusive.

Ledit rapport a mis en évidence trois vecteurs clés qui, ensemble, forment une tempête parfaite de vulnérabilités inhérentes à l’utilisation du courrier électronique, notamment dans le contexte du travail à distance et de la pandémie du Covid-19.

1. Mésaventures et mauvais partage

La pandémie du Covid-19 a créé un dilemme. Les employés travaillant à domicile ont signalé qu’ils ne se sentaient pas bien et, par conséquent, des incidents liés au courrier électronique se sont produits.

Selon le rapport suscité, environ 73 % des employés ont déclaré se sentir stressés et fatigués pendant la pandémie, ce qui a augmenté le risque d’exposition accidentelle des données.

Les distractions liées au travail à domicile constituent un autre facteur d’exposition accidentelle. 60 % des employés ont également admis travailler dans des « environnements frustrants » et que la confidentialité était un facteur de risque, en particulier dans les bureaux partagés.

Le résultat du travail à distance en situation de pandémie est que, dans 24 % des cas, une violation des données via la messagerie électronique a été causée par un partage inapproprié ou accidentel des données. Au total, 59% des personnes interrogées ont déclaré avoir subi une fuite de données par email depuis la mise en œuvre du travail à distance causé par la pandémie.

2. Augmentation de l’utilisation du courrier électronique

Le fait que l’utilisation de l’email ait augmenté au cours de l’année écoulée exacerbe le niveau de risque de fuite de données via cet outil. En fait, le rapport Egress a révélé que 85 % des employés avaient utilisé davantage d’emails au cours des 12 derniers mois.

L’utilisation accrue de l’email augmente le risque d’exposition accidentelle de données, du simple fait du nombre d’emails envoyés et reçus chaque jour.

L’utilisation accrue de toute technologie en fait également une proposition attrayante pour les cybercriminels. Si le courrier électronique est un moyen d’entrer dans une organisation, ils trouveront un moyen de l’utiliser.

Ce fait a été confirmé par d’autres recherches montrant que les attaques de spear-phishing lancées via le courrier électronique ont augmenté de 667% pendant la pandémie du Covid-19.

3. Une mauvaise détection des cybermenaces

Les menaces inhérentes à l’utilisation massive d’une technologie, telle que le courrier électronique, nécessitent une détection robuste pour éviter qu’elles ne deviennent des incidents.

Une étude a mis en évidence un problème sérieux : alors que 79 % des responsables informatiques utilisent des outils de prévention contre la perte de données (DLP) pour la messagerie électronique, 42 % des personnes interrogées ont noté que la moitié des incidents ne seraient pas détectés par ces outils statiques.

En d’autres termes, les mécanismes de détection statiques et traditionnels peuvent être déjoués par la nature très dynamique des cybermenaces modernes, y compris l’exposition accidentelle des données sensibles.

De tous les problèmes relevés par les chercheurs, c’est le dernier qui est le plus préoccupant en termes de prévention des menaces véhiculées par le courrier électronique.

Le lieu de travail est un environnement dynamique, comme l’a si clairement démontré la pandémie. Le moyen de prévenir les menaces actuelles et futures est d’appliquer un système intelligent et plus dynamique conçu pour les cybermenaces modernes liées au courrier électronique.

Comment briser le cycle de la fuite de données ?

Le rapport susmentionné a réuni trois points clés, chacun ayant un impact sur l’autre, pour créer une tempête parfaite du courrier électronique en tant que système vulnérable et favorable pour les attaques.

La combinaison d’une exposition accidentelle, d’une dépendance accrue à l’égard du courrier électronique pour la communication et d’une mauvaise détection des menaces constitue une tripartition qu’il faut briser.

L’utilisation du courrier électronique restera importante, et les employés continueront à commettre des erreurs, comme la divulgation de leurs données sensibles. Pour faire avancer la détection des menaces cybercriminelles, il faut changer la troisième perspective et appliquer une détection robuste des menaces par courrier électronique.

En adoptant les outils de détection et d’atténuation des attaques lancées via les emails, vous pouvez briser le cycle de la fuite de données.

La protection de la messagerie électronique SpamTitan empêche les spams, les virus, les malwares, les tentatives de phishing et bien d’autres attaques lancées par le biais des emails de nuire à votre organisation.

Essayez SpamTitan pendant 14 jours et découvrez comment il peut protéger votre organisation contre les menaces avancées. Démarrer l’essai gratuit de SpamTitan dès aujourd’hui.

Les cybercriminels ciblent les écoles avec des malwares

Les cybercriminels ciblent les écoles avec des malwares

Comme toute grande organisation, les universités et autres établissements d’enseignement supérieur sont exposés à des risques de violation de données et de menaces de malwares.

Du point de vue des cybercriminels, les écoles et les universités représentent une cible très attrayante. En fait, les données personnelles et financières stockées sur les systèmes de données universitaires sont précieuses pour les escrocs pour leur permettre de mener différentes sortes d’attaques cybercriminelles.

Pour les écoles, les conséquences d’un malware peuvent être énormes

Les conséquences d’un vol de données sont considérables pour les établissements scolaires. Elles peuvent nuire à leur réputation ; impliquer la non-conformité de l’organisation au regard des législations en vigueur et impacter l’économie et le fonctionnement de l’établissement en général.

Suite à une attaque réussie, les établissements scolaires peuvent perdre des opportunités de financement, les frais d’inscription des étudiants et des revenus associés. Outre la perte de données sensibles, des poursuites judiciaires et d’autres sanctions pourraient également survenir. Il peut même y avoir des dommages qui paralysent l’infrastructure et les activités de l’institution.

Les attaques de malwares et de ransomwares contre les établissements scolaires ne sont pas rares

Prenons l’exemple de l’attaque de malware qui visait une école du Minnesota. Elle a été si grave, au point que l’établissement a dû fermer ses portes pendant une journée. Les réparations complètes des dommages avaient pris des semaines, alors qu’ils auraient pu être évités.

Une attaque de crypto-ransomware a récemment chiffré le réseau du district scolaire du New Jersey. La source de l’infection n’est pas claire. Elle pourrait résulter de l’ouverture d’une pièce jointe d’un e-mail malveillant ou d’une application malveillante, ou simplement de la consultation d’un site web contenant des publicités malveillantes.

La nature du campus universitaire et de son réseau informatique constitue la véritable différence entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises. Composée de nombreux réseaux dispersés, l’infrastructure réseau des universités est souvent complexe.

Il s’agit d’environnements où le concept de sécurité stricte des données est traditionnellement inutile, voire indésirable. Lorsqu’une institution prospère grâce au libre échange de données et d’idées, elle ne peut pas facilement appliquer les mêmes mesures de sécurité que les grandes entreprises.

Pour les cybercriminels, tout est dans le timing

Pour les cybercriminels qui ciblent un établissement scolaire, le timing est primordial. Lorsqu’une nouvelle année scolaire commence, les escrocs segmentent leurs bases de données d’emails pour lancer des attaques ciblées pour accueillir les étudiants et les employés des écoles qui sont de retour via Internet.

Chaque année, les escrocs lancent de nouvelles campagnes de spam et de phishing au moment où les étudiants et élèves retournent en classe. Les faux e-mails de bienvenue, les e-mails de réinitialisation de mot de passe et les notifications bancaires ne sont que quelques-uns des thèmes utilisés par les spammeurs à cette période de l’année.

Trouver un équilibre entre les besoins informatiques et les besoins des enseignants

L’Internet a offert aux professionnels du secteur de l’éducation de grandes possibilités, mais aussi de grands maux de tête. Les enseignants s’efforcent de trouver la meilleure façon d’aider les enfants à utiliser Internet à l’école tout en les protégeant des dangers en ligne.

Le blocage de contenus inappropriés ne doit pas nécessairement nuire à l’apprentissage. Alors que les élèves passent de plus en plus de temps connectés au web, assurez-vous que leurs activités en ligne soient sécurisées, et ce, grâce à l’utilisation d’un filtre de contenu web adapté comme WebTitan.

Grâce à l’analyse du contenu des pages, cette solution de protection de TitanHQ peut suivre l’évolution constante de l’utilisation du web et s’y adapter.

Pourquoi les établissements d’enseignement ont-ils besoin de filtrer les contenus en ligne ?

Il y a plusieurs raisons différentes pour lesquelles les établissements d’enseignement devraient bloquer certains contenus qui sont diffusés sur la toile, notamment :

  • La sécurité des étudiants (protection contre les sites dangereux, inappropriés ou illégaux) ;
  • La sécurisation du réseau ;
  • L’identification des éventuelles cyberintimidations ;
  • La conformité à la CIPA (loi relative à la régulation du contenu préjudiciable aux mineurs lorsqu’ils naviguent sur Internet) ;
  • L’application des politiques d’utilisation acceptable d’Internet ;
  • Le contrôle de la bande passante ;
  • La capacité de surveillance des activités en ligne des utilisateurs du web.

Il est de votre devoir, en tant que propriétaire ou responsable d’un établissement scolaire, de fournir un environnement d’apprentissage sûr. En outre, vous êtes légalement tenue de mettre en place des mesures raisonnables et efficaces pour contrôler l’accès à Internet.

Il devrait toujours exister un juste équilibre entre ce qui doit être autorisé et les mesures de sécurité qui peuvent être mises en place. En fait, la sécurité dans toutes les organisations, commerciales ou universitaires, devrait être un compromis entre la probabilité et l’impact potentiel d’une attaque et le coût financier ou la perte d’utilité qui sont encourus pour se défendre.

Si vous voulez découvrir la façon dont la suite de solutions de sécurité réseau granulaire de TitanHQ répond aux exigences flexibles du secteur de l’éducation, contactez-nous dès aujourd’hui.